31 juillet, 2006

GUILLERMO TEILLIER INTERVIEWÉ PAR LE QUOTIDIEN «LA NACIÓN»



LE PRESIDENT DU PARTI COMMUNISTE CHILIEN PARLE DE LA CONVOCATION AU 23ème CONGRES ET DE LA SITUATION POLITIQUE

Teillier : « Il faut être prédisposé à utiliser toutes les formes de lutte adaptées au temps et au lieu »

Dans le volumineux document d’appel à la réunion la plus importante, le PC fait une révision de ses dernières décennies ; en particulier, il valorise et revendique ce qu’a été le FPMR (Front Patriotique Manuel Rodriguez) et propose que tout parti doit avoir une politique militaire et d’autodéfense.

RODRIGO DURÁNLa Nación


Le Parti communiste est réuni en congrès. La direction a convoqué à la 23ème rencontre de ce type. Dans le document de base, le PC propose d’être à la tête de la mobilisation sociale, critique le « néolibéralisme » de la Concertation et revendique la perspective de la voie armée que l’organisation, à travers le FPMR, a développée pendant la dictature et insiste sur une politique militaire pour aujourd’hui. Le président du PC, Guillermo Teillier, revisite ici la position communiste et le sens de l’appel aux diverses formes de lutte.

- Dans la convocation au congrès du PC, l’un des paragraphes signale que les Forces Armées (FFAA) « ne sont pas imperméables aux idées de changement social », qu’il faut être disposés à « utiliser toutes les formes de lutte » et qu’on n’exclut pas de posséder des forces « d’autodéfense ».
Pourriez-vous expliquer ces idées ?

- Dans le développement de la lutte politique la force, qui n’est pas la même chose que la violence, joue un rôle fondamental. Pour cela, tout parti doit avoir une politique militaire. Je ne dis pas que nous allons dévoiler des secrets de la Défense, que nous allons altérer le problème du commandement ou désarticuler les FFAA. Mais il y a des problèmes de doctrine, de comment nous [le Chili NDT] avons une politique internationale et comment nos FFAA y correspondent. Est-ce que subsiste la Doctrine de Sécurité Nationale ? Lorsque j’ai voulu savoir quelle était la doctrine de l’armée aujourd’hui, le général Juan Emilio Cheyre m’a dit qu’elle était en construction. Si elle est changée par la doctrine de la guerre contre le terrorisme imposée par les Etats-Unis (EU), je veux le savoir. Cheyre a dit qu’il pensait qu’il devait y avoir une doctrine d’intégration latino-américaine. Et comment devons-nous comprendre ça ? Ce sont des choses dont nous devons discuter.

- Et la démocratisation ?

- Quelques uns ont interprété, lorsque nous disons qu’il faut démocratiser les FFAA, qu’il faut élire les officiers. Nous ne proposons pas cela, mais que les écoles militaires aient leurs portes ouvertes à tout le monde, indépendamment de la couleur politique ou du niveau social.

- Mais “l’autodéfense” a un rapport avec « appareil militaire » …

- Mais il ne s’agit pas de cela. Ce que nous disons c’est qu’il faut avoir une prédisposition à employer toutes les formes de lutte adaptées au temps et au lieu . Le PC a appliqué la politique de rébellion populaire pendant la dictature et l’a abandonnée lorsque celle-ci a pris fin. Mais nous savons que de nombreuses fois la violence est provoquée de l’extérieur et alors, il faut défendre le fait que les masses s’expriment. Nous n’avons pas l’envergure pour avoir un appareil militaire, et ceci ne signifie pas non plus que nous allons nous bagarrer à coups de poing ou de bâton dans la rue, mais, par exemple, avoir des avocats et prévoir des provocations avec une vigilance accrue.

- Je vais lire textuellement : « Ces formes de lutte et d’autodéfense doivent générer les meilleures conditions pour que les mouvements et les protestations de rue s’expriment massivement »

- C’est exactement cela. La déstabilisation, nous, nous la faisions avec la dictature, pas à cette étape. Etre préparé pour toutes les formes de lutte est quelque chose d’idéologique, y être disposé. Nous ne pouvons pas façonner une armée ! Ceci est absurde. Mais nous devons savoir, dans nos têtes, que si demain les contradictions se font plus aigues et si les choses tournent au vinaigre, nous devons être préparés pour ce moment. La préparation est plus mentale, elle ne consisterait pas à effectuer des exercices de tir ou quelque chose de similaire.

Le PC signale qu’en ce moment particulier de demandes sociales il veut « s’approprier » les mobilisations. Est-ce qu’il a la force pour cela ?

- Nous sommes assez proches des travailleurs, mais autre chose est l’état actuel du mouvement social et syndical. Cependant, avec les étudiants du secondaire a surgi une force qui peut ouvrir un chemin pour d’autres secteurs sociaux. La conscience du fait que « j’ai été dans la merde, je me suis sacrifié, j’ai eu des craintes et c’est le moment où ils doivent arranger ma situation » est vive. Et ceci personne ne peut l’ignorer.

REFORME ELECTORALE

- Le PC est-il satisfait du projet de réforme du système électoral présenté par la Commission Boeninger ?

- Au début nous avons été invités en tête à tête et à exposer nos positions. Néanmoins, par la suite –sans une explication claire-, ceci s’est converti en une commission technique du gouvernement. Je ne veux pas dire qu’on ne nous ait pas considéré, mais en fin de compte nous sommes sortis assez perdants. Dans un système proportionnel nous pourrions avoir neuf parlementaires, mais avec leur proposition, on nous en donne deux [le type de modification retenue par les parlementaires serait la solution d) voir article sur modes de scrutin NDT]. Par ailleurs, la droite dit « non, cette proposition est mauvaise pour les pauvres communistes ». Nous avons réitéré la question sur leurs propositions pour remédier à cette injustice mais il n’y a pas de proposition de la droite.

- Vous êtes d’accord pour dire que ce débat s’est un peu refroidi ?
- Il s’est refroidi par manque d’initiative de l’Exécutif et en ceci les partis de la Concertation sont d’accord. Mais, par ailleurs, on a avancé pour former une convergence large, qui va de la DC jusqu’à nous, plus la CUT et la Conférence Episcopale, qui est d’accord pour modifier le système électoral.

- Mais malgré tout la droite possède la clé …

- C’est vrai. Il y a des signes, car des parlementaires Rénovation nationale (RN), dans des conversations privées, nous ont affirmé être disposés à chercher des formules de modification. J’espère que ceci aboutisse. Si la droite ferme la porte, nous espérons que la Présidente appellera à un référendum ou un plébiscite, pour que le peuple se prononce, bien que ça n’ait qu’une valeur consultative. Ceci est insupportable. Il n’est pas possible qu’il n’y ait pas un représentant des travailleurs au Parlement.

JUNTOS PODEMOS

- Dans quelle situation se trouve le pacte de la gauche après la crise provoquée par le deuxième tour de l’élection présidentielle ?
- Lentement nous sortons de la crise, nous mûrissons. Actuellement, commencent à nouveau à se faire entendre les opinions publiques comme Juntos Podemos, chose que nous avions laissée car nous étions - et nous sommes encore - dans une discussion sur comment nous positionner mieux dans ce moment politique. Il y a encore des différences, des nuances, que nous allons régler en nous engageant dans la lutte sociale et en émettant des opinions sur la politique nationale.

- Il y a alors un futur pour Juntos Podemos ?


- Oui, car la majorité des 50 et quelques organisations est toujours pleinement en vigueur. Nous voyons Juntos Podemos comme un moteur de la lutte sociale, mais nous croyons qu’en plus il devrait se transformer en un noyau d’une alliance large, en vue de créer les conditions pour un gouvernement d’un autre type, une conception différente de celle que se disputent la Concertation et la droite.

- Vous voyez cette possibilité d’installer un référent transversal avec des forces de la concertation, comme le PS ou les indépendants?

- Nous aimerions bien. Allende, de quel parti venait-il ? Du PS où il côtoyait Ibañez, et il est venu de là-bas pour former l’Unité Populaire. Nous croyons que nous pouvons créer quelque chose de nouveau, soutenu par les organisations sociales, dans l’unité du peuple et avec les indépendants qui sont inféodés à la Concertation et à ses conceptions néo-libérales, car je ne vois pas la Concertation disposée à faire volte-face et quitter le schéma néolibéral si orthodoxe.

MEFIANCE VIS A VIS DU REMANIEMENT MINISTERIEL

Que pensez-vous du remaniement ministériel ?
- J’ai plusieurs opinions. L’une est qu’à l’intérieur de la Concertation il y a beaucoup de contradictions sur comment mener le gouvernement. Ces contradictions existent car le dynamisme pour développer la politique promise a disparu. Aussi a-t-il mal envisagé la situation sociale, surtout les mobilisations des étudiants, car il affronte une nouvelle conscience de la société chilienne, qui n’accepte plus d’être représentée par les mêmes qui ont fait des promesses qui ne se traduisent pas par une résolution rapide des problèmes de fond. Bachelet a réveillé de grandes attentes qui sont en train de s’effondrer car les gens voient leurs problèmes persister, bien qu’aujourd’hui existent plus de moyens économiques pour les résoudre.

Qu’est-ce que vous pensez de Belisario Velasco en tant que nouvel homme fort à La Moneda ?

- Il a eu la charge de l’installation de « La Oficina » [service de renseignement des gouvernements de la Concertation NDT], ce qui le poursuit comme une ombre … La déclaration qu’il a faite sur le fait d’avoir des informateurs ou de l’information, ne fut pas très claire pour moi, car pour s’informer on doit ausculter directement les acteurs sociaux qui veulent participer à la prise de décisions qui concernent leur futur. Mais je crois que Velasco ne va pas changer la politique du gouvernement, je ne crois pas qu’il soit capable de rompre avec cette sorte d’inertie qui s’est produite dans la relation du gouvernement avec la base sociale. Si l’Exécutif, en même temps qu’il change les membres des ministères, ne produit pas un changement d’orientation de sa politique, il peut continuer à changer de ministres et la situation ne va pas évoluer.

LES PARAGRAPHES POLEMIQUES DE LA CONVOCATION AU CONGRES

« Les communistes, à cause de la tragique expérience vécue par le peuple chilien, nous avons appris que nous devons être disposés à utiliser toutes les formes de luttes, mais il doit aussi être très clair qu’il y a un moment pour chacune d’entre elles. Les provocations et les actions violentes sans sens ni raison politique, sans rapport avec le mouvement réel des masses, freinent et empêchent la « massivité » des luttes qui est aujourd’hui essentielle. Ceci n’écarte pas l’autodéfense, si on persiste à soumettre le peuple à l’agression ou aux provocations, et aux attaques des groupes fascistes néonazis qui ont surgi dans ces derniers temps. Ces formes de lutte et d’autodéfense doivent générer les meilleures conditions pour que les mouvements et les protestations de rue s’expriment de manière massive».

« En avril de cette année ont été célébrés les 30 ans du Début de « La Tarea » (la Tache) [il s’agit de la tache militaire, ou développement de la politique militaire du PC NDT] et, en août et septembre cela fera 20 ans qu’ont eu lieu l’importation illégale d’armes par Carrizal [port de pêche au nord du Chili] et l’attaque de la caravane armée du tyran. A ce propos nous nous sommes réunis avec plus d’une centaine d’ex officiers solidaires de notre cause formés à Cuba et dans d’autres pays, officiers internationalistes comme l’ont été à leur époque San Martin, O’Higgins, Bolivar, Manuel Rodriguez et d’autres héros de notre indépendance ( …) Le Parti Communiste reconnaît le rôle de chacun d’entre eux en un nom : Raul Pellegrin, premier chef du Front Patriotique Manuel Rodriguez, formé d’une grande majorité de militants du Parti communiste. Le rodriguisme a été un enrichissement de la politique du Parti communiste, qui se prolonge aujourd’hui et reste en chacun de nous ».

« Ces commémorations vont contribuer à la reconnaissance, de manière plus complète, du rôle joué par le Parti dans l’incorporation des formes d’autodéfense des masses et de lutte armée, à la richesse historique du mouvement populaire chilien et, de plus, vont mettre en relief la nécessité de développer avec plus de décision la politique militaire du Parti dans cette période. Car, en même temps que s’accompliront les objectifs politiques établis, la confrontation politique ira en s’intensifiant et se dégagera la forme de développement de la lutte révolutionnaire. Nous devons être préparés politiquement et idéologiquement pour entreprendre des formes de lutte diverses si les circonstances l’exigent ainsi.»


Traduction de l'espagnol: J.C. Cartagena et N. Briatte