28 septembre, 2007

Quand Bush voulait forcer le Chili à soutenir la guerre en Irak

[Cliquez sur la photo pour agrandir l'image]Photo Alex Ibañez

Quelques semaines avant d'entrer en guerre contre l'Irak de Saddam Hussein, le président américain a cherché à faire pression sur le Chili afin que le pays andin soutienne sa guerre. Le Chili est en effet à ce moment là membre du conseil de sécurité de l'ONU, et peut donc voter pour ou contre la guerre.

C'est le quotidien espagnol El Pais qui a révélé l'affaire cette semaine, en publiant des documents secrets relatant une conversation entre Bush et José Maria Aznar, à l'époque président du gouvernement espagnol. Cette affaire illustre les pratiques de l'administration Bush en matière de diplomatie.

[Cliquez sur la photo pour agrandir l'image]

Bush et Aznar avant le début d'une conférence de presse conjointe dans la Maison Blanche, le 28 novembre 2001.


Bush à Aznar: "Ma patience est épuisée"

Durant cette discussion, qui a eu lieu le 22 février 2003 dans son ranch au Texas, George Bush Jr. explique à Aznar que "[sa] patience est épuisée", et qu'il "ne compte pas attendre au delà de la mi-mars" pour lancer l'offensive. Alors que l'espagnol lui conseille d'attendre, et d'obtenir une résolution de l'ONU lui permettant d'entrer en guerre, "W" lui répond:

"Des pays comme le Mexique, le Chili, l'Angola et le Cameroun doivent savoir que ce qui est en jeu, c'est la sécurité de l'Amérique, et agir avec amitié envers nous. Lagos (le Président chilien, Ricardo Lagos) doit savoir que l'accord de libre échange avec le Chili est en attente de confirmation du Sénat, et qu'une attitude négative sur ce sujet [la guerre, ndlr] pourrait mettre en péril cette ratification".

Les téléphones de l'ambassade chilienne sur écoute

A l'époque, la tension est grande à New York. Ambassadeur du Chili auprès de l'ONU, Juan Gabriel Valdes a expliqué que "tous les téléphones de son bureau étaient sur écoute". Il a confirmé les informations publiées par El Pais, "n'étant pas surpris par le contenu de la discussion (Bush-Aznar), mais par le fait que Bush soit allé aussi loin dans la franchise, allant jusqu'à menacer clairement le Chili".

Au final, Ricardo Lagos, qui dirigea le Chili entre 1999 et 2005, n'a pas apporté son soutien à la résolution anglo-américaine d'invasion de l'Irak, préférant se ranger aux cotés de la France, opposé à la guerre. Et le traité de libre échange Chili-USA a été ratifié en août 2003 par le Sénat américain. La tentative de pression diplomatique des Etats-Unis sur le Chili n'a donc pas abouti cette fois-ci.