06 décembre, 2012

SOUVENIRS ARCHITECTURAUX ET PARTISANS AU SIÈGE DU PCF, SIGNÉ NIEMEYER

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
AU 2, PLACE DU COLONEL FABIEN DANS LE XIXÈ ARRONDISSEMENT DE PARIS, LE SIÈGE DU PARTI COMMUNISTE  FRANÇAIS ŒUVRE DE L’ARCHITECTE BRÉSILIEN OSCAR NIEMEYER. LA COUPOLE BLANCHE SURPLOMBE LE CONSEIL NATIONAL DU PCF. 


Par Katell PRIGENT

Au 2, place du Colonel Fabien dans le XIXè arrondissement de Paris, siège du parti communiste et œuvre d'Oscar Niemeyer, les souvenirs architecturaux se mélangent à ceux du parti.
En plein cœur d'un quartier populaire, l'œuvre d'Oscar Niemeyer se dresse toute en courbes, « une parcelle de terre brésilienne », sourit Gérard Fournier, administrateur des lieux.



VUES DU NOUVEAU SIÈGE DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS, PLACE DU COLONEL FABIEN À PARIS, EN COURS D'ACHÈVEMENT, ET INTERVIEW D'OSCAR NIEMEYER, L'ARCHITECTE BRÉSILIEN CONCEPTEUR DE L'ÉDIFICE, PUIS DE GEORGES GOSNAT, TRÉSORIER DU PCF, QUI INSISTE SUR LA SIMPLICITÉ INTÉRIEURE DE CE SIÈGE « DES TRAVAILLEURS ET DU PEUPLE ».


« J'ai commencé par voir les ouvriers faire le béton », s'amuse, Georges Cukierman, dit « Jojo », militant PCF « depuis 70 ans ».
Lors de l'inauguration, « Jojo » avait été « émerveillé». « C'est la première fois qu'on faisait un style comme ça, c'était du béton et du verre », explique-t-il.
Bernard Brezout, 70 ans, était jeune ingénieur lorsqu'il a travaillé sur cet édifice avec Niemeyer, « le projet d'une vie ». Sur la fin des travaux (1971), en cas de problème, il fallait être patient. L'architecte, de retour au Brésil, ne prenait jamais l'avion: « il fallait attendre un mois qu'il arrive en bateau ».