05 juin, 2019

CHILI DÉCOUVERTE D'UN CHARNIER QUI RECÉLERAIT DES CADAVRES DE PRISONNIERS POLITIQUES

 [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
 « DES CADAVRES ACCUSENT 
LE GÉNÉRAL PINOCHET »
UNE DU JOURNAL  
« FORTIN MAPOCHO »
DU 08 JUIN 1990
Selon le porte-parole du gouvernement chilien, le cimetière clandestin découvert en début de semaine dans le village de Pisagua, à 1500 kilomètres au nord de la capitale, ne recélerait pas moins de trente cadavres. Les corps présentent tous des impacts de balles, plusieurs ont les yeux bandés, les pieds et les poings liés. Leur identification devrait être facilitée par le bon état de conservation des vêtements.
Le Monde.fr Publié le 08 juin 1990
LOCALISATION DU CIMETIÈRE DE PISAGUA
Les victimes, nul n'en doute, sont des prisonniers politiques exécutés sommairement après le coup d'État de 1973. C'est d'ailleurs grâce au témoignage d'un ancien détenu, récemment rentré d'exil, que le Vicariat de la solidarité, organisme humanitaire dépendant de l'archevêché de Santiago, a pu dénoncer l'existence de la fosse commune. La justice en a aussitôt ordonné l'excavation. Les dépouilles se trouvant dans l'enceinte d'un ancien camp de réclusion, où croupirent pendant plus d'un an des opposants au régime du général Pinochet, le crime est en quelque sorte signé.

PLANS DU CHARNIER DANS
LE CIMETIÈRE DE PISAGUA
L'émotion est considérable, car il s'agit du plus important cimetière clandestin découvert depuis 1973. Il y a un mois, près de Santiago, trois cadavres présentant les mêmes traces d'homicide que ceux de Pisagua ont été exhumés d'un ancien terrain d'entraînement de l'armée de terre. Il s'agit de trois "détenus disparus ", trois des quelque sept cent cinquante dont la disparition après leur détention par les services de sécurité a été dûment établie par le Vicariat. L'armée est restée jusqu'à présent silencieuse, sur ce sujet.
« CAMP DE PRISONNIERS DE
GUERRE DE PISAGUA »


SUR LE MÊME SUJET :