16 juillet, 2019

CHILI. PIÑERA RESTE DE MARBRE FACE À LA GRÈVE DES ENSEIGNANTS


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


DES MILLIERS D’ENSEIGNANTS DÉFILENT À SANTIAGO, 
LE 3 JUILLET, POUR UNE MEILLEURE ÉDUCATION PUBLIQUE
PHOTO ALBERTO PEÑA/EFE/SIPA
Les professeurs du secondaire entament leur septième semaine de grève. Outre la discrimination salariale au sein de leur corps, ils dénoncent la municipalisation de l’enseignement. 
Les enseignants chiliens ont de la suite dans les idées, et surtout une grosse dose de persévérance. Lundi, ils ont entamé leur septième semaine de grève, faute de réponses crédibles de la part du gouvernement ultralibéral de Sebastian Piñera, dont l’intransigeance n’est pas étrangère à la chute de sa cote de popularité. À l’appel du Collège des professeurs, le syndicat le plus important du pays, les grévistes avancent douze revendications, touchant à la fois aux questions salariales, statutaires, ainsi qu’à leurs conditions de travail. « Les enseignants au Chili sont très mal payés. C’est un secteur des plus productifs et pourtant ses acteurs sont historiquement précarisés », soutient Javiera Olivares, ancienne présidente du Collège des journalistes. La décision de l’exécutif de modifier les heures d’enseignement de l’éducation physique et de l’histoire dans le secondaire, abaissant sensiblement les heures de cours dans ces deux matières, a mis le feu aux poudres. « C’est d’autant moins compréhensible que le pays est confronté à un problème grandissant d’obésité dans la jeune génération. Quant à l’histoire, qui serait moins enseignée, c’est tout aussi dramatique au vu de l’importante dépolitisation de la société », poursuit Javiera Olivares.
SUR LE MÊME SUJET :

14 juillet, 2019

44ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT D'HÉCTOR PAVEZ


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

HÉCTOR PAVEZ DIT « EL INDIO »
1975 -14 JUILLET- 2019
COMMÉMORATION DU QUARANTE-QUATRIÈME  ANNIVERSAIRE 
DE LA MORT D'HÉCTOR PAVEZ

[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
 



« A LA MAR FUI POR NARANJAS »   CHANSON FOLKLORIQUE 
RECUEILLIE ET INTERPRÉTÉ PAR HÉCTOR PAVEZ   
 PARU DANS L'ALBUM «CANTO POPULAR. EL FOLKLORE DE CHILE VOL. XX» 
ENREGISTRÉ AU CHILI EN 1970, DANS LES ÉTUDES ODEON ‎– ALBUM VINYL (LP),LDC-35232 . 
LICENCE YOUTUBE STANDARD


    Le chanteur, auteur-compositeur et folkloriste chilien Héctor Eugenio Pavez Casanova, s’est éteint, le 14 juillet 1975, à l’âge de 42 ans à Paris. Héctor était connu sous le surnom d’« el Indio Pavez » (l’indien Pavez). Il fut marié à la folkloriste Gabriela Pizarro avec laquelle il eut cinq enfants. Il avait dû quitter le Chili et la dictature militaire de Pinochet, pour s’installer en France.

    SUR LE MÊME SUJET :

    04 juillet, 2019

    CARACAS DÉNONCE DES «ERREURS INNOMBRABLES» DANS LE RAPPORT DE L'ONU SUR LE VÉNÉZUÉLA

    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    PHOTO YURI CORTEZ
    Le gouvernement de Nicolas Maduro a dénoncé jeudi les «innombrables imprécisions» et «erreurs» du rapport de la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, dans lequel elle s'est notamment inquiétée du nombre «extrêmement élevé» d'exécutions extrajudiciaires au Venezuela.
    Par Le Figaro avec l'AFP
    «Le gouvernement vénézuélien réfute une fois de plus la méthodologie» employée par Michelle Bachelet pour élaborer ce rapport consacré à la situation des droits de l'homme au Vénézuéla, a-t-il expliqué dans un long argumentaire. «Les imprécisions, les erreurs, les décontextualisations, les fausses affirmations que commet le Haut-Commissariat sont innombrables», s'offusque-t-il. Le texte adopte «une vision sélective et ouvertement partiale».
    SUR LE MÊME SUJET :

    02 juillet, 2019

    CHILI : CASO QUEMADOS


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    VEILLÉE FUNÈBRE DE RODRIGO ROJAS DE NEGRI 
    1986 - 2 JUILLET - 2019
    33ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MORT
    DE RODRIGO ROJAS DE NEGRI
    Il fait nuit, déjà, ce 2 juillet 1986, lorsque la patrouille militaire les encercle. Plus d’échappatoire, le piège se referme sur Rodrigo Rojas de Negri et Carmen Gloria Quintana. Le premier a 19 ans. Exilé aux États-Unis, il vient tout juste de rentrer au Chili, où le général Pinochet fait régner la terreur depuis treize ans. La seconde a 18 ans, elle est étudiante. Elle accompagne son camarade, venu photographier des manifestants dans un quartier populaire de Santiago en ce jour de grève nationale contre la dictature. Les soldats se saisissent des deux jeunes gens, les traînent dans une ruelle et, se croyant à l’abri des regards, ils les cognent et les frappent, encore et encore, à coups de pied, à coups de crosse. Carmen se souvient qu’ils devaient être trente, au moins, à s’acharner sur eux. La rage des tortionnaires est inextinguible, tabasser ne leur suffit plus. Ils aspergent leurs victimes d’essence, craquent une allumette et savourent le macabre spectacle des deux jeunes corps en flammes, avant de les enrouler dans des couvertures et de les jeter dans un camion. 
    VERÓNICA DE NEGRI, MÈRE DE RODRIGO ROJAS,
    LORS DES OBSÈQUES DE SON FILS
    PHOTO LA NACION.
    carmen et Rodrigo sont laissés pour morts au fond d’un fossé, à l’extérieur de la ville, avant d’être découverts, quelques heures plus tard, par des passants qui les transportent à l’hôpital. Le photographe agonise quatre-vingt-seize heures durant, avant de rendre son dernier souffle. Son amie, elle, est sauvée in extremis mais, brûlée à 62 %, elle est défigurée et conservera toute sa vie de douloureuses séquelles.

    29 juin, 2019

    LA CAPITAINE SAUVETEUSE CAROLA RACKETE DANS LES GRIFFES DE LA POLICE ITALIENNE

    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    CAROLA RACKETE A FORCÉ L'ENTRÉE DU PORT, 
    DEVANT LA SITUATION HUMANITAIRE DES 
    MIGRANTS QUE TRANSPORTAIT SON BATEAU
    PHOTO MAXPPP 
    Pour avoir amarré son navire, le Sea-Watch, le dernier à encore porter secours aux migrants en Méditerranée, dans le port de Lampedusa et bravé l'interdiction formulée par les autorités italiennes, Carola Rackete a été interpellée. Elle risque dix ans d'emprisonnement.
    MIDI LIBRE
    6Temps de Lecture 1 min 25 s
    « LIBERTÉ POUR CAROLA RACKETE »
    Les autorités italiennes ont procédé ce samedi à l'arrestation de la capitaine du navire humanitaire de l'ONG allemande Sea-Watch, Carola Rackete. Elles lui reprochent d'avoir amarré le navire transportant des migrants dans le port de l'île de Lampedusa en dépit du refus du gouvernement italien.

    Arrêtée pour "résistance à un bateau militaire"


    « LIBERTÉ POUR CAROLA RACKETE »
    Le navire, sous pavillon néerlandais, était bloqué dans les eaux internationales depuis plus de deux semaines après avoir récupéré 53 migrants au large des côtes libyennes. Onze d'entre eux avaient été remis aux gardes-côtes italiens pour des raisons médicales, les 42 migrants encore présents à bord du navire étant finalement autorisés à débarquer, samedi.

    Ils ont été conduits dans un centre d'accueil à Lampedusa, tandis que la jeune femme était arrêtée pour "résistance à un bateau militaire". Elle encourt, du fait de cette accusation, selon la presse locale, dix années d'emprisonnement.

    Salvini : "Hors-la-loi arrêtée, bateau pirate saisi"


    PHOTO MATTEO GUIDELLI
    Le président du Conseil italien Giuseppe Conte a déclaré qu'il appartenait maintenant à la justice italienne de décider si des charges criminelles devaient être retenues contre Carola Rackete. Son ministre de l'Intérieur s'est lui réjoui de cette interpellation, qui cloue également à quai le Sea-Watch. "Hors-la-loi arrêtée. Bateau pirate saisi. Grosse amende pour une ONG étrangère. Tous les migrants répartis dans d'autres pays européens. Mission accomplie", a écrit Matteo Salvini.

    La France, l'Allemagne, le Luxembourg, la Finlande et le Portugal se seraient réparti l'accueil des migrants, après que Christophe Castaner a indiqué la capacité du pays à en accueillir dix "sans délai". Non sans que le ministre de l'Intérieur ait fustigé son homologue transalpin. "Il est faux de dire que l'UE ne s'est pas montrée solidaire", a-t-il commenté.

    26 juin, 2019

    LE VÉNÉZUÉLA ACCUSE LA COLOMBIE, LE CHILI ET LES ÉTATS-UNIS D'ÊTRE LIÉS À UNE TENTATIVE DE COUP D'ÉTAT


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    LE GOUVERNEMENT VÉNÉZUÉLIEN A DÉJOUÉ UNE TENTATIVE DE « COUP D'ÉTAT »
    MILITAIRE QUI PRÉVOYAIT L'ASSASSINAT DU PRÉSIDENT NICOLAS MADURO,
    A ANNONCÉ MERCREDI LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION.
    PHOTO  PRÉSIDENCE VÉNÉZUÉLIENNE
    Le Venezuela a évoqué mercredi une tentative de  « coup d'État » destinée à renverser le président Nicolas Maduro. Selon Caracas, le Chili, la Colombie et les États-Unis seraient impliqués.
    Le gouvernement vénézuélien a annoncé mercredi avoir déjoué une tentative de  « coup d'État » militaire impliquant les États-Unis, la Colombie et le Chili, qui prévoyait l'assassinat du président socialiste Nicolas Maduro.
    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    PHOTO YURI CORTEZ

    SUR LE MÊME SUJET :

    SUR LA ROUTE DU « RÊVE AMÉRICAIN », UN PÈRE ET SA FILLE SE NOIENT DANS LE RIO GRANDE


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    LES CORPS D’OSCAR ALBERTO MARTINEZ RAMIREZ ET
    DE SA FILLE VALERIA, LUNDI 24 JUIN, SUR LA RIVE
    MEXICAINE DE MATAMOROS.
    PHOTO JULIA LE DUC 
    Publiée par le quotidien mexicain « La Jornada », la photographie de ces deux corps inertes cramponnés l’un à l’autre remet en lumière les drames de l’immigration.
    Le Monde
    6Temps de Lecture 4 min
    PHOTO JULIA LE DUC
    Les deux corps gisent sur le ventre, côte à côte, enserrés dans un même tee-shirt sombre qui devait empêcher le courant de les éloigner l’un de l’autre. Le dernier geste désespéré d’un père pour protéger sa fille, dont le petit bras se cramponne encore à son cou. Ils sont morts ensemble, dans les bouillons du Rio Grande, ce fleuve qui marque la frontière entre le Mexique et les États-Unis, et que tentent chaque année de traverser, au péril de leur vie, des milliers d’hommes et de femmes attirés par le «rêve américain ».
    Lire la suite
    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    OSCAR ALBERTO MARTÍNEZ RAMÍREZ ET SA FILLE
    SE SONT NOYÉS DANS LE RIO GRANDE, LUNDI,
    EN TENTANT DE REJOINDRE LES ETATS-UNIS.
    PHOTO BY STR. AFP
    SUR LE MÊME SUJET :

    BRÉSIL : BOLSONARO SECOUÉ PAR L’AFFAIRE DE L’« AEROCOCA », APRÈS LA DÉCOUVERTE DE 39 KG DE COCAÏNE DANS UN AVION OFFICIEL


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    LE MILITAIRE ÉTAIT À BORD DE L'AVION QUI
    TRANSPORTAIT L'ÉQUIPE DE BOLSONARO.
    PHOTO D'ILLUSTRATION)
    Mercredi, en Espagne, la garde civile a découvert une valise remplie de 39 kg de cocaïne dans l’avion de réserve qui devançait l’appareil du président brésilien Jair Bolsonaro.
    Par Claire Gatinois et Sandrine Morel

    LE PRÉSIDENT BRÉSILIEN
    JAIR BOLSONARO
    . IMAGE AFP
    Ce ne devait être qu’une pause technique, une brève escale avant que l’avion de réserve qui devançait l’appareil officiel du président brésilien, Jair Bolsonaro, reprenne sa route pour Osaka, au Japon, où est organisée la réunion du G20. Mais rien ne s’est passé comme prévu.

    À Séville, les autorités ont beau être habituées aux «mules» qui transportent de la drogue du Brésil, elles ne s’attendaient pas à un tel coup de filet. Encore moins parmi l’équipage d’un voyage officiel.


    « BolsoNarcos »



    JAIR BOLSONARO MARCHE SUR LA BASE AÉRIENNE DE BRASILIA,
    POUR SE RENDRE AU JAPON À LA RÉUNION DU G20, LE 25 JUIN.
    PHOTO  REUTERS
    Gêné, le leader de l’extrême droite brésilienne, ancien du bataillon de parachutistes de Rio de Janeiro, a tenté de sauver l’image de l’armée salie par une potentielle brebis galeuse. « Les forces armées représentent un contingent de près de 300 000 hommes et femmes formés selon les principes les plus intègres de l’éthique et de la morale », écrit-il sur Twitter, promettant, si le cas était avéré, que le militaire serait « jugé conformément à la loi ». « C’est évident que, compte tenu de la quantité de drogue, il ne l’a pas acheté au coin de la rue, non ? Il travaillait comme mule. Une mule qualifiée, disons », a aussi confié le général Hamilton Mourao, vice-président brésilien.

    Dont acte ? Le sergent n’en était pas à son premier voyage présidentiel. Cette petite main présumée à la solde de barons de la drogue avait déjà accompagné le chef d’État à plusieurs reprises. C’est assez pour que les anti-Bolsonaro se déchaînent sur les liens qu’entretiendraient le chef d’État, élu sur ses gages d’honnêteté, et la pègre.


    CAPTURE D'ÉCRAN
    Sur Twitter, parmi les «mèmes» les plus populaires figure une affiche du film Narcos, contant la vie de Pablo Escobar, rebaptisé « BolsoNarcos », avec pour acteur principal Jair Bolsonaro. Accompagné du mot-clé #Aerococa, on trouvait également une fausse publicité pour la compagnie aérienne « Milicia Airlines», référence aux amitiés troublantes du sénateur Flavio Bolsonaro, fils du président, avec les milices de Rio promettant en montrant l’avion présidentiel : «Voyagez heureux avec Milicia Airlines, limite de bagage : 39 kg ».

    Mercredi, le juge d’instruction de la capitale andalouse a ordonné le placement en détention préventive sans caution du sergent de 38 ans, accusé de délit contre la santé publique. L’avion de Jair Bolsonaro a, pour sa part, dévié sa route, faisant escale à Lisbonne au lieu de Séville. Le cabinet présidentiel n’a pas précisé les raisons de ce changement.


    25 juin, 2019

    AMÉRIQUE CENTRALE. LE MEXIQUE ET LE SALVADOR AU CHEVET DES MIGRANTS



    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    LE PRÉSIDENT DU SALVADOR NAYIB BUKELE ET LE PRÉSIDENT DU
    MEXIQUE MANUEL LOPEZ OBRADOR POSENT APRÈS AVOIR PLANTÉ
    DES ARBRES DANS LE CADRE DU NOUVEAU PLAN DE MIGRATION
    ENTRE LE MEXIQUE ET L’AMÉRIQUE CENTRALE À PUERTO DE CHIAPAS,
    AU CHIAPAS, AU MEXIQUE, LE 20 JUIN 2019.
    PHOTO REUTERS/ CARLOS JASSO
    Les deux pays ont signé un accord de développement économique pour endiguer les flux migratoires. Un projet aux antipodes de la politique défendue par Trump.
    NAYIB BUKELE (GAUCHE) PRÉSIDENT DU SALVADOR
    RENCONTRE  SON HOMOLOGUE MEXICAIN AMLO
     À PUERTO CHIAPAS, AU MEXIQUE, LE 20 JUIN 2019
    PHOTO CARLOS JASSO
    Sommé par Donald Trump de durcir sa politique migratoire, le président mexicain a opté pour la politique de la main tendue à ses voisins. Face au flux de migrants centre-américains qui transitent par le Mexique pour gagner les États-Unis, Andres Manuel Lopez Obrador, surnommé Amlo, avance un « plan de développement intégral » pour la région, supervisé par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepal). Cette dernière propose d’augmenter les investissements publics et privés à hauteur de 25 % du PIB dans le Triangle Nord (Salvador, Honduras et Guatemala), dont sont originaires l’immense majorité des migrants.

    22 juin, 2019

    FAIT DIVERS : UN CANADIEN POIGNARDÉ À MORT AU CHILI DEVANT SA FEMME ET SA FILLE



    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    UN CANADIEN POIGNARDÉ À MORT AU 
    CHILI DEVANT SA FEMME ET SA FILLE
    Un citoyen canadien a été poignardé à mort au Chili, en fin d’avant-midi, vendredi, dans la ville portuaire de Valparaiso, qui est située à environ 120 km de la capitale Santiago.
    PETER WINTERBURN, FUT UN PROFESSEUR 
    À LA RETRAITÉ DE L’UNIVERSITÉ DE 
    LA COLOMBIE-BRITANNIQUE
    PHOTO THE UNIVERSITY OF
     BRITISH COLUMBIA (UBC)
    Selon Global News, l’homme de 57 ans a été assassiné devant sa femme et sa fille, qui n’ont rien pu faire pour lui venir en aide.

    Des médias locaux, dont le site biobiochile.cl, ont précisé qu'il s’agirait de Peter Winterburn, un Canadien qui s’était installé à Santiago en février dernier.

    20 juin, 2019

    VÉNÉZUÉLA: DROITS DE L'HOMME ET CRISE AU MENU DE LA VISITE DE LA HAUTE-COMMISSAIRE DE L'ONU


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    LA HAUT-COMMISSAIRE DE L'ONU AUX DROITS DE L'HOMME,
    MICHELLE BACHELET ARRIVE AU MINISTÈRE DES AFFAIRES
    ÉTRANGÈRES, LE 19 JUIN 2019 À CARACAS, AU VÉNÉZUÉLA
    PHOTO AFP
    Au premier jour de sa visite à Caracas, Michelle Bachelet, la haute-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, a été reçue mercredi soir par le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza, qui a exprimé la volonté du gouvernement de travailler avec elle pour « corriger ce qui doit être corrigé... afin de préserver les droits humains des Vénézuéliens. »
    Courrier international avec l'AFP
    6Temps de Lecture 2 min 45 s
    MICHELLE BACHELET À SON 
    ARRIVÉE À CARACAS
    PHOTO ARIANA CUBILLOS 
    Mme Bachelet a tweeté qu'elle était impatiente de «travailler avec tous les acteurs pour promouvoir et protéger tous les droits humains pour tous les Vénézuéliens ».
    « La Haut-Commissaire a également fustigé à plusieurs reprises les sanctions économiques qu'a prises le gouvernement américain pour mettre Nicolas Maduro sous pression.
    Elle s'est ainsi montrée critique concernant l'embargo américain sur le pétrole vénézuélien, qui accentue la crise financière et frappe durement la population dans ce pays dont 96% des revenus proviennent précisément de l'exploitation du brut. »
    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    DES MILLIERS DE PERSONNES DANS 
    LES RUES QUI S’OPPOSENT À 
    L’INTERVENTION  DES ÉTATS-UNIS! 
    SUR LE MÊME SUJET :

    QUELS SONT LES ENJEUX DE LA VISITE AU VÉNÉZUÉLA DU HAUT-COMMISSAIRE DE L'ONU ?


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    MICHELLE BACHELET, HAUT-COMMISSAIRE AUX DROITS DE
    L'HOMME DE L'ONU, LE MINISTRE DE LA DÉFENSE DU VÉNÉZUÉLA
    VLADIMIR PADRINO LOPEZ, ET LE COORDINATEUR DES
    NATIONS UNIES AU VÉNÉZUÉLA, PETER GROHMANN,
    À LA CHANCELLERIE À CARACAS LE 20 JUIN 2019.

    PHOTO MANAURE QUINTERO
    Michelle Bachelet effectue une visite de trois jours au Vénézuéla et entend rencontrer Nicolas Maduro ainsi que son opposant Juan Guaido. Le journaliste Romain Migus estime que sa venue pourrait faire pression pour alléger le blocus.
    « ENTRETIEN DU 19/6/2019 AVEC ROMAIN MIGUS,
     JOURNALISTE, SPÉCIALISTE DU VENEZUELA.  »  
    [ Cliquez sur la flèche pour voir la vidéo ]
    RT FRANCE
    Au premier jour de sa visite à Caracas, Michelle Bachelet, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, a été reçue le 19 juin au soir soir par le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza, qui a exprimé la volonté du gouvernement de travailler avec elle pour «corriger ce qui doit être corrigé afin de préserver les droits humains des Vénézuéliens».
    SUR LE MÊME SUJET :

    19 juin, 2019

    GUSTAVO GALDAMES EST DÉCÉDÉ


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

    GUSTAVO GALDAMES 
    PHOTO ARCHIVE FAMILLE.
    À la ville de Strasbourg est mort Gustavo Galdames, dans la nuit du mardi 12 juin 2019, des suites d'une longue maladie.
    GUSTAVO GALDAMES AU MILIEU DES 
    ANNÉES 70, LORSQU’IL A DÛ FUIR 
    L’IMPLACABLE PERSÉCUTION 
    LANCÉE PAR LA LONGUE 
    DICTATURE  CHILIENNE 
    CONTRE LA GAUCHE. 
    PHOTO ARCHIVE FAMILLE
    Militant de la gauche historique chilienne, celle qui a porté le projet collectif de l’ « Unité populaire » et Salvador Allende à la présidence du Chili, Gustavo a été —comme des milliers de chiliens—, férocement traqué par la dictature militaire dès le sanglant coup d’état, le 11 septembre 1973. Emprisonné et torturé en raison de sa militance communiste, radié de son poste de travail, Gustavo a dû partir à l’exil en France, à la ville de Strasbourg.

    Dans l'est de la France il s’est intégré aux tâches de la solidarité avec la lutte du peuple chilien, et il a depuis pris part active comme animateur de la gauche locale en exil. Participant aux réunions nationales, il s’y est donné à fond et avec passion aux activités citoyennes pour le retour de la démocratie au Chili. 

    Issu d’un milieu ouvrier et autodidacte, Gustavo Galdames a été confronté aux défis de l'exil, l’insertion linguistique et culturelle dans un milieu difficile, une vie professionnelle et familiale et son engagement permanent pour mettre fin à la dictature au Chili. Il laisse une veuve, des enfants et des petits enfants. Et une multitude d’amis, d’anciens camarades ou ex combattants qui dans plusieurs parties du monde saluent aujourd’hui sa mémoire, avec respect et reconnaissance. Repose en paix, cher camarade.
    GD