27 décembre, 2011

JUGE PRONONCE DES CHARGES DANS PROCÈS EMBLÉMATIQUE POUR L’ASSASSINAT DE MARTA UGARTE

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
MARTA UGARTE


[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]


&showtime=1" />
« VINO DEL MAR», PARU LA PREMIÈRE FOIS DANS L'ALBUM « LUGARES COMUNES » DE 2002 CHEZ WARNER MUSIC GROUP. LE THÈME  «VINO DEL MAR» EST UN TEXTE D'HOMMAGE À MARTA UGARTE, DE PATRICIO MANNS. L’ARRANGEMENT ET COMPOSITION MUSICALE DE LA CHANSON EST L’OEUVRE DE PATRICIO MANNS ET MANUEL MERIÑO POUR LE GROUPE  INTI-ILLIMANI.  CETTE VERSION « LIVE » EST PRÉSENTÉ PAR PATRICIO MANNS LORS DU CONCERT DU GROUPE  INTI-ILLIMANI DANS LE « COURT CENTRAL  » DE SANTIAGO DU CHILI.  
DURÉE : 00:05:32   


Le juge spécial de la cour d'appel de Santiago Jorge Zepeda a dicté les charges dans le procès pour l’enlèvement et l'homicide qualifié de Marta Ugarte Román, dont le corps a été retrouvé en septembre 1976 sur la plage La Baleine, à proximité de Los Molles, station balnéaire au Nord de Santiago. Les ex-agents de la Direction d'Intelligence nationale (DINA) le général Manuel Contreras Sepúlveda et le colonel Carlos López Tapia ont été condamnés comme responsables du crime.
MARTA UGARTE ROMAN AU DÉBUT DES ANNÉES 70, 
À SON BUREAU DE LA DIRECTION D'INDUSTRIE ET 
DU COMMERCE, ORGANISME DE CONTRÔLE DES 
PRIX ET DE DÉFENSE DES CONSOMMATEURS 
DÉPENDANT DU MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE.
Marta Ugarte était professeur et ancienne responsable nationale à l'éducation du Parti communiste du Chili, et fonctionnaire régionale au bureau de la distribution durant le gouvernement de Salvador Allende. Suite à la mise hors la loi des partis politiques de gauche, elle était en 1976 membre du comité central clandestin de son parti.
la suite

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


MARTA UGARTE ROMAN AVAIT 42 ANS ET ÉTAIT CÉLIBATAIRE.  
 ELLE AVAIT ÉTÉ SECRÉTAIRE DE LA PARLEMENTAIRE 
COMMUNISTE MIREYA BALTRA ET FONCTIONNAIRE À LA 
DISTRIBUTION SOUS L’ADMINISTRATION ALLENDE.  ELLE ÉTAIT 
MEMBRE DE LA DIRECTION CLANDESTINE DU PARTI COMMUNISTE 
CHILIEN, MIS HORS LA LOI ET FÉROCEMENT PERSÉCUTÉ 
PAR LA DICTATURE MILITAIRE. SON CRUEL ASSASSINAT 
S’INSCRIT DANS UNE LONGUE LISTE DE MILITANTS ÉLIMINÉS 
 EN 1976 PAR LES APPAREILS RÉPRESSIFS DE PINOCHET.


SUR LE MÊME SUJET :