14 mai, 2018

ISRAËL HANTÉ PAR LA NAKBA

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
JULIEN DE CASABIANCA. –
« OUTINGS IN JERUSALEM » (SORTIES À JÉRUSALEM), 2015
L’expulsion des Palestiniens en 1948, trou noir dans le récit national. Ce mois de mai débutent les célébrations du 70ème anniversaire de la création de l’État d’Israël. C’est l’occasion pour le peuple palestinien de rappeler la catastrophe vécue en 1948 et de revendiquer le droit au retour des réfugiés, prévu par les résolutions des Nations unies. Les manifestants qui, à Gaza, affrontent les balles des soldats israéliens s’inscrivent dans cette exigence de justice.
DES COMBATTANTS DE « LA HAGANAH»
EXPULSENT DES PALESTINIENS 
DE HAIFA. LE 12 MAI 1948. 
PHOTO GETTY IMAGES
«La marche du grand retour » : c’est ainsi que les organisations politiques palestiniennes nomment les actions menées chaque année depuis 2009 entre le 30 mars et le 15 mai. Pour l’État d’Israël, le 14 mai marque le souvenir de ce jour de 1948 où David Ben Gourion déclara l’indépendance. La société palestinienne, elle, commémore le lendemain la Nakba (« catastrophe », en arabe) : l’expulsion des 805 000 Palestiniens dont les descendants attendent encore l’application de la résolution 194, votée le 11 décembre 1948 par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU). Ce texte fonde leur « droit au retour» : c’est-à-dire de pouvoir rentrer dans leurs foyers ou de recevoir une compensation. Enfin, c’est à cette date que l’administration de M. Donald Trump entend inaugurer la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem.




[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]


LE MONDE DIPLOMATIQUE - AUDIO 
 « ISRAËL HANTÉ PAR LA NAKBA  »
 DURÉE : 00:14:09

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

SUR LE MÊME SUJET :