23 mars, 2019

CHILI: LES OPPOSANTS AU PROSUR ET À JAIR BOLSONARO DONNENT DE LA VOIX


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


« PLUS D'AMOUR MOINS DE BOLSONARO »
PHOTO AGENCIA UNO 
Les dirigeants de sept pays d'Amérique du Sud, presque tous classés à droite, ont signé ce vendredi la déclaration finale du sommet Prosur à Santiago. Sous le regard excédé de plusieurs partis politiques et organisations de la société civile, qui ont manifesté pour protester notamment contre la présence du président d’extrême-droite brésilien.

DES MANIFESTANTS PARTICIPENT À UN RASSEMBLEMENT 
CONTRE LE PROSUR À SANTIAGO, AU CHILI, LE 22 MARS 2019
PHOTO PABLO SANHUEZA
« Dehors ! » crient les manifestants à quelques dizaines de mètres du palais de la Moneda, où se tenait le sommet Prosur quelques heures plus tôt, en cette soirée du vendredi 22 mars. Dans le rassemblement, environ deux cents personnes, dont beaucoup de femmes, comme Daniela Riveros, une militante féministe. Pour elle, ce sommet est « une attaque, pas seulement une réunion de présidents, soi-disant pour défendre la démocratie. C'est une démonstration de force de la droite, qui est contre les mouvements sociaux ».

Jair Bolsonaro rassemble contre lui

SOMMET DES LAQUAIS DES ÉTATS-UNIS PROSUR À SANTIAGO, 
JAIR BOLSONARO (BRÉSIL), LENÍN MORENO (ÉQUATEUR),  
SEBASTIAN PIÑERA (CHILI), MARTIN VIZCARRA (PÉROU) 
ET IVAN DUQUE (COLOMBIE) 

C'est la visite du président brésilien Jair Bolsonaro qui suscite le plus d'opposition : des portraits de lui sont recouverts de faux sang, ou barrés de ses déclarations contraires au respect des droits humains.

Leila Pacheco, militante d'extrême gauche s’émeut : « Nous avons vécu la répression sous la dictature, par exemple moi j'ai été prisonnière politique, et lui, il a fait des déclarations en faveur de la dictature de Pinochet » ! Impossible donc pour elle d’accepter «que quelqu'un comme lui vienne ici ».

Pour tous les manifestants ici, Jair Bolsonaro n'aurait pas dû être invité au Chili. « Il n'y a pas de place ici pour un personnage aussi néfaste que Bolsonaro », résume Alvaro Larraín, qui préside une fondation de défense des droits des migrants.

Au coucher du soleil, quelques personnes improvisent une barricade au milieu de la rue. La police disperse les participants à coups de jets d'eau et de gaz lacrymogène.

La visite au Chili de Jair Bolsonaro se poursuit ce samedi et un nouveau rassemblement est prévu à Santiago contre le président brésilien à la mi-journée.
PHOTOMONTAGE 


SUR LE MÊME SUJET :