15 novembre, 2018

CAMILO CATRILLANCA, 24 ANS, TUÉ PAR LA POLICE AU CHILI


[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

CAMILO CATRILLANCA MARÍN
PHOTO AUKIN
Camilo Marcelo Catrillanca Marín, jeune mapuche de 24 ans, est mort après avoir reçu un tir de Carabiniers, institution militaro-policière du Chili. Camilo était fils de Marcelo Catrillanca, werken (« messager » en mapuche) autorité traditionnelle du peuple mapuche, et petit-fils de Juan Catrillanca, lonko (« tête »), cacique de sa communauté. Il rentrait du travail au volant d’un tracteur, autour de quatre heures de l'après-midi, quand il a croisé un peloton de police. La victime laisse une femme enceinte et une petite fille dans la douleur.

[ Pour écouter, cliquer sur la flèche ]
« MANIFIESTO ESENCIAL »
PATRICIO MANNS ET INTI ILLIMANI
(TEXTE ET MUSIQUE PATRICIO MANNS),
« MANIFIESTO ESENCIAL», PARU DANS L'ALBUM « CON LA RAZÓN Y LA FUERZA »
ENREGISTRÉ À ROME (ITALIE) EN 1982, DISTRIBUÉ PAR MOVIEPLAY 17.3380/0 - MADRID 1982

    PORTRAIT DCAMILO CATRILLANCA, 
    « QUE SON VISAGE RECOUVRE L'HORIZON » 
    AVEC UN VERS DE RAUL ZURITA  
    PHOTO FACEBOOK
    Sa mort a lieu lors d’une une opération de police du « Commando Jungle », dans la  communauté de Temucuicui, commune d'Ercilla, dans la Région de l'Araucanie. Le «Commando Jungle », créé par le gouvernement de Sebastian Piñera, est un commando spécial hautement militarisé, entraîné en Colombie —où régnait une guerre interne sur fond de terrorisme et de trafic de stupéfiants. Le ministre de l'intérieur —et cousin du président Piñera—, Andrés Chadwick, a affirmé que la Colombie fut choisie par les similitudes entre les deux Polices.

    Il s’agit donc une force armée déployée par le gouvernement dans la Région de l'Araucanie, terre des indiens mapuche. La mort du jeune mapuche s’est produite lors d’une procédure normale de contrôle, pour présomption d’un délit —vol de véhicule en l’occurrence—, qui a abouti à un homicide, dans un usage disproportionné de la force évident.
    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
    PHOTO LUIS HIDALGO